Face aux talibans, les Afghanes partagées entre craintes et résignation

Comme un triste symbole, des vendeurs de burqas ont réalisé ce mardi des ventes record à Kaboul, où les femmes anticipent des restrictions de leurs libertés.

Face aux talibans, les Afghanes partagées entre craintes et résignation

AFGHANISTAN – Les femmes se faisaient rares dans les rues d’Afghanistan ce mardi 17 août, au surlendemain de la prise du pouvoir par les talibans.

Les femmes craignent un retour au même type de régime fondamentaliste que celui qu’elles ont connu sous les talibans de 1996 à 2001. À l’époque, elles avaient interdiction de sortir sans un chaperon masculin et de travailler, les filles d’aller à l’école.

Les femmes accusées de crimes comme l’adultère étaient fouettées et lapidées à mort. Jeux, musique, photographies, télévision étaient alors interdits. Les voleurs avaient les mains coupées, les meurtriers étaient exécutés en public et les homosexuels tués.

Comme un triste symbole, des vendeurs de burqas ont réalisé ce mardi des ventes record à Kaboul, comme a pu le constater la journaliste de CNN Clarissa Ward. Les femmes anticipent déjà les nouvelles restrictions de liberté.

Pourtant ce mardi, rien ne laissait entrevoir que les talibans avaient réintroduit ou comptaient imposer la même version ultra-rigoriste de la loi islamique qu’il y a vingt ans. Mais personne ne semblait vouloir prendre de risque. “Les gens ont peur de l’inconnu”, affirme un commerçant, souhaitant rester anonyme. “Les talibans patrouillent dans la ville en petits convois. Ils n’importunent personne, mais bien sûr les gens ont peur”, ajoute-t-il.

Une brève manifestation à Kaboul

Dans la capitale afghane, quelques rares femmes ont manifesté ce mardi leur opposition au nouveau régime. Des images diffusées sur les réseaux sociaux ont montré un bref rassemblement devant l’entrée de la zone verte pour réclamer le droit de retourner y travailler comme cuisinières ou femmes de ménage. Des talibans en camion ont tenté en vain de les disperser avant qu’elles se laissent convaincre par des civils de quitter les lieux.

À Hérat, les femmes craignent elles aussi pour leurs libertés. Dans la troisième ville du pays, une école pour femmes a pu rouvrir, mais toutes les élèves portent désormais le hijab et se demandent pour combien de temps pourront-elles encore continuer à étudier. 

Les talibans ont tenté de rassurer la population à travers diverses interventions dans les médias. Sur Sky News, le porte-parole des insurgés, Suhail Shaheen, a affirmé lundi soir que les femmes n’ont pas à craindre de menaces.

“Leur droit à l’éducation est également protégé”, a-t-il affirmé. Les talibans restent cependant vagues sur la manière dont ils entendent gouverner l’Afghanistan.

Texte by Le HuffPost avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *