Il s’est envolé 20 ans avant Jeff Bezos, qui est Dennis Tito, le premier touriste de l’espace ?

Jeff Bezos, l’homme le plus riche au monde et fondateur du géant de commerce en ligne Amazon, s’est rendu dans l’espace ce mardi 20 juillet 2021. Il a réalisé ce voyage vingt ans après le millionnaire américain Dennis Tito, le premier touriste spatial. Voici le parcours de celui qui a ouvert la voie à ce genre de périple très particulier.

Le millionnaire américain Dennis Tito n’oubliera jamais ce 28 avril 2001. Ce jour-là, à bord d’un vaisseau spatial russe Soyouz, il a volé dans l’espace.

« J’ai atteint l’objectif d’une vie », complète-t-il micro de la chaîne de télévision américaine CNN. Âgé de 60 ans à l’époque, Dennis Tito est considéré comme étant le premier touriste spatial : il n’est pas astronaute de métier et a payé pour effectuer ce voyage.

Il s’est envolé vingt ans avant le milliardaire britannique Richard Branson et Jeff Bezos, le fondateur du géant de la vente en ligne Amazon et l’homme le plus riche du monde, qui a voyagé dans l’espace pendant onze minutes ce mardi 20 juillet 2021.

Subjugué par Youri Gagarine

Pour comprendre comment Dennis Tito est devenu le premier touriste spatial, il faut remonter au 12 avril 1961. Ce jour-là, le cosmonaute russe Youri Gagarine devient le premier humain à avoir effectué un vol dans l’espace.

À New York, où il est né une vingtaine d’années plus tôt, le jeune Dennis Tito est subjugué. Ce fils d’une couturière et d’un imprimeur du quartier du Queens se décide à marcher dans les traces du Russe.

Ce rêve semble façonner ses études, et sa carrière : diplômé en astronautique, en aéronautique et en ingénierie, il commence à travailler à la Nasa, l’agence spatiale américaine, comme le raconte l’encyclopédie Britannica . L’ingénieur participe notamment à l’élaboration de missions visant à envoyer des sondes sur Mars.

En 1972, changement de domaine. Des sciences de l’espace, Dennis Tito passe à celles de la finance. Il fonde une société d’investissement, et applique ses compétences en mathématiques au monde des marchés.

Au cours de ces années finance, Dennis Tito gagne de l’argent. Beaucoup d’argent. Il devient millionnaire, et, même s’il ne travaille plus pour l’agence spatiale américaine, son rêve de partir un jour dans l’espace ne le quitte jamais.

L’histoire de Dennis Tito rebondit en 1991. L’Union soviétique commence à s’effondrer et le millionnaire prend contact avec des représentants de l’État.

Le thème des discussions ? Participer à une mission spatiale, moyennant finances. Les échanges n’aboutissent pas, mais reprennent à la fin des années 1990 souligne encore CNN.

« Les Russes avaient beaucoup de mal à financer leur programme spatial, raconte le millionnaire. Je me suis dit que je pourrais peut-être m’engager avec eux ». Traduction : payer pour partir dans l’espace.

Le timing est bon. À l’époque, la société MirCorp, entend « exploiter » la station spatiale russe, Mir, de « façon privée », comme nous l’expliquait le journaliste spécialisé Olivier Sanguy en 2019.

Six jours dans la Station spatiale internationale

En juin 2000, le quotidien américain The New York Times rapporte que le millionnaire a signé un chèque de 20 millions de dollars d’alors (environ 30 millions de dollars aujourd’hui) à l’ordre de MirCorp pour s’envoler dans l’espace et rejoindre les installations en orbite.

Ce voyage ne verra jamais le jour, mais Dennis Tito n’abandonne pas. En 2000, il arrive en Russie et commence un entraînement intense à la Cité des étoiles, ce complexe bâti près de Moscou où les cosmonautes russes se préparent à quitter la Terre.

« Ce n’était pas facile, raconte-t-il au site spécialisé Space.com J’ai dû passer huit mois en Russie sans vraiment savoir si je pourrais voler ou non. »

En avril 2001, enfin, Dennis Tito arrive au cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan. Il rejoint les cosmonautes Talgat Moussabaïev et Iouri Batourine, qu’il va accompagner dans l’espace.

Le samedi 28 avril, la fusée qui transporte le vaisseau Soyouz de l’équipage décolle. L’engin s’arrimera ensuite à la Station spatiale internationale, où les trois hommes passeront six jours. Le 6 mai, la capsule qui ramène l’équipage se pose sur Terre, dans les steppes du Kazakhstan. Dennis Tito a fini son voyage dans l’espace.

Une histoire de ténacité, pour celui que le journal Le Monde décrivait comme « un millionnaire américain bien ordinaire. » Après le millionnaire, sept autres touristes spatiaux ont voyagé dans l’espace jusqu’à 2009, selon le décompte de CNN. Une liste à laquelle il faut désormais ajouter Richard Branson et Jeff Bezos.

Le port d’arme à feu en public et sans permis autorisé au Texas

Les opposants à cette loi, au Texas et dans tout le pays, affirment qu’un assouplissement des règles sur les armes à feu va générer davantage de violence.

Le gouverneur républicain du Texas a promulgué mercredi une loi autorisant le port d’une arme à feu en public sans permis, dernière d’une série de mesures élargissant les droits en matière d’armes à feu dans les États conservateurs aux États-Unis.

Cette loi, adoptée en mai par un Sénat et une Chambre des représentants dominés par les républicains dans cet État du sud, permet à toute personne âgée de 21 ans ou plus et n’étant pas visée par une interdiction de détenir une arme à feu d’en porter une en public sans permis. Elle doit entrer en vigueur le 1er septembre. Le texte considère que les Constitutions des États-Unis et du Texas autorisent les citoyens à porter une arme à feu et que, par conséquent, il devrait y avoir moins d’obstacles en la matière.

Le gouverneur Greg Abbott compte présider une cérémonie de promulgation du texte jeudi, d’après le journal «Texas Tribune». Il avait fait savoir qu’il promulguerait la loi si le texte était voté par les deux chambres. «C’est quelque chose qu’une vingtaine d’autres États ont adopté, et il est temps que le Texas l’adopte aussi», avait-il déclaré en avril sur la radio locale WBAP.

22 morts dans un supermarché en 2019

Mais les opposants, en particulier les démocrates au Texas et dans l’ensemble du pays, ont affirmé qu’un assouplissement des règles sur les armes à feu allait générer davantage de violence. Ils ont notamment cité en exemple la fusillade dans la capitale texane Austin ayant fait un mort et treize blessés la semaine dernière, ainsi que celle dans un supermarché d’El Paso en 2019 qui avait fait 22 morts et 23 blessés.

L’élue texane à la Chambre des représentants des États-Unis Veronica Escobar a estimé mercredi que Greg Abbott avait «choisi de trahir les victimes de la violence par armes à feu» en promulguant la loi.

«Malgré un soutien important pour une législation visant à prévenir la violence par armes à feu, les Républicains, menés par un gouverneur couard, sont davantage intéressés d’attirer l’attention du lobby des armes qu’ils ne le sont de prévenir la violence par armes à feu et de rendre hommage aux victimes et aux survivants d’El Paso et à travers le Texas», a-t-elle tweeté.

La représentante Vikki Goodwin avait demandé lundi au gouverneur d’opposer son véto à la loi après la fusillade à Austin. «Nous devons intervenir pour briser ce cercle vicieux», a-t-elle indiqué.

Texte by Lematin.ch AFP

Amazon s’offre le mythique studio de James Bond, MGM, pour concurrencer Netflix

James Bond, Rocky, Le Silence des agneaux… Plus de 4.000 films dont de très nombreux classiques vont passer sous le pavillon d’Amazon après l’acquisition pour 8,45 milliards de dollars du studio hollywoodien quasi centenaire Metro-Goldwyn-Mayer, de quoi armer l’ogre américain du commerce en ligne face à l’empereur du streaming Netflix.

Ce rachat “est très exaltant et il offre beaucoup d’opportunités d’histoires de grandes qualités à raconter”, s’est réjoui dans un communiqué Mike Hopkins, vice-président senior de Prime Video et d’Amazon Studios.

Il s’agit de la deuxième acquisition la plus chère de l’histoire d’Amazon après le rachat des supermarchés américains Whole Foods pour 13,7 milliards de dollars en 2017.

Outre plus de 4.000 films dont la saga de l’agent 007, Robocop, Basic Instinct, Raging Bull et Thelma & Louise, Amazon va faire main basse sur un vaste catalogue de séries, dont The Handmaid’s Tale, Fargo et Vikings.

“La véritable valeur financière de cet accord est le trésor de la propriété intellectuelle du catalogue complet que nous prévoyons de réinventer et de développer avec la talentueuse équipe de MGM”, ajoute Mike Hopkins.

A travers ce rachat, le géant américain fondé par le milliardaire Jeff Bezos se renforce dans le contenu pour son service de streaming Amazon Prime Video, la mère des batailles dans le monde du divertissement soumis à une concurrence impitoyable entre services.

Pour gagner des abonnés et des parts de marché, les plateformes de streaming sont contraintes d’investir massivement dans le contenu, à l’instar de Netflix qui pourrait dépenser 17 milliards de dollars cette année, ou tenter de croître à travers des acquisitions.

Avec la baisse des contaminations au Covid-19 et la reprise progressive de l’activité, Netflix a vu sa croissance ralentir. Il domine quand même le secteur avec 208 millions d’abonnés payants dans le monde revendiqués fin avril. Les plateformes de Disney (Disney+, ESPN+, Hulu) en recensaient 159 millions début avril.

Bien qu’il ait vu sa croissance ralentir en raison de la réouverture progressive des économies à la faveur d’une baisse des contaminations au Covid-19, Netflix domine le secteur en revendiquant fin avril 208 millions d’abonnés payants dans le monde.

Amazon, dont l’action prenait 0,75% en Bourse vers 15H30 GMT, a indiqué fin avril que son service de streaming avait été utilisé par 175 millions d’abonnés au service Prime sur un an.

Cet accord “aide clairement Amazon car les clients sont à l’affût de plus de contenus”, affirme à l’AFP Dan Rayburn, analyste médias pour Frost & Sullivan.

Outre le contenu, Amazon acquiert un nom mythique d’Hollywood avec une réputation éprouvée dans l’industrie du cinéma, ajoute-t-il.

Le sport aussi


Le géant américain qui pèse plus de 1.600 milliards de dollars en Bourse a déjà lancé de coûteuses acquisitions ces dernières années avec les droits télévisés pour “Le Seigneur des anneaux”, la saga fantastique culte de J.R.R. Tolkien, pour 250 millions de dollars. Amazon a l’intention d’en faire une série à plusieurs saisons.

Il s’est aussi engouffré dans la brèche sportive, avec l’achat de droits exclusifs sur la NFL aux Etats-Unis, mais aussi Wimbledon et l’US Open au Royaume-Uni. En France, le géant a acquis une partie des droits de Roland Garros pour cette année et les deux à venir.

L’annonce du rachat de MGM survient dans un contexte de mouvements de consolidation brutaux ces derniers jours. Le géant des télécommunications AT&T a annoncé à la mi-mai la fusion de sa filiale WarnerMedia avec Discovery, qui proposent respectivement les services de streaming HBO MAX et Discovery+.

La valeur des fusions ou acquisitions dans le secteur des médias et du divertissement cette année est au plus haut depuis l’an 2000, avec 232 milliards de dollars selon le fournisseur de données Refinitiv, près de sept fois supérieur au niveau de l’an dernier à la même époque.

Cette absorption représente par ailleurs la dernière d’une longue série pour les studios hollywoodiens, après notamment celle de Warner Bros par AT&T, d’Universal par Comcast, et de Paramount par ViacomCBS.

A l’image de nombreux studios de cinémas américains, MGM a beaucoup souffert de la pandémie de Covid-19 et de la fermeture prolongée des salles de cinéma à travers le monde.

Initialement attendu en salles en mars 2020, le dernier opus de James Bond, “No Time To Die” (“Mourir peut attendre”), a ainsi vu sa sortie repoussée plusieurs fois et devrait finalement être projeté en salles à partir du 30 septembre.

Le marché des cartes Pokémon est devenu fou

Les ventes explosent, les prix flambent et les sociétés d’estimation n’arrivent plus à suivre

Si vous possédez de vieilles cartes Pokémon dans un tiroir, vous devriez peut-être y jeter un œil. Conséquence probable d’un confinement mondial qui a contraint des millions d’adultes à tuer le temps et essayer de gagner un peu d’argent par tous les moyens possibles, 2020 est déjà millésimée pour la licence la plus lucrative au monde, qui fête son quart de siècle cette année.

Inspiré par des YouTubeurs stars comme l’Américain Logan Paul, tout le monde se met à vendre ses vieilles cartes en espérant toucher le gros lot.

Mesurez plutôt: entre 2019 et 2020, constataient Les Echos en février, le volume de cartes Pokémon échangées sur eBay a augmenté de 574%. Et contrairement à ce que nous apprend le capitalisme sur la relation offre et demande, cette augmentation du volume est allée de pair avec une envolée stratosphérique des prix.

En janvier, un lot de 103 cartes daté de 1999 était évalué à 750.000 dollars; le mois suivant, c’est un Dracaufeu qui partait pour 418.000 euros sur eBay. Une dernière folie? À l’heure actuelle, eBay propose un assortiment de cartes de première édition contre la modique somme de… 6 millions de dollars (4,98 millions d’euros).

La folie autour du marché des cartes Pokémon, énième marché des objets de collection à être contaminé par la bitcoinisation du monde, n’est pas tout à fait neuve.

Mais comment en évaluer la valeur? Pour les vendeurs, deux solutions: se fier à l’argus des cartes sur eBay et évaluer la cote de chaque carte via son numéro de série et l’index de la maison d’enchères PWCC, qui fait office de référence, ou faire évaluer sa carte par une agence de notation.

Ces entreprises fournissent une «gradation» de chaque carte, de 1 à 10, en fonction d’une série de critères esthétiques précis, qui estime précisément son état d’usure et l’authentifie au passage.

Centrage, couleurs, état des coins, rayures, taches… le cahier des charges est maniaque. Une carte 1 est «very poor» tandis qu’une carte 10+ est «Collector» –le Graal du collectionneur. La même carte, qu’elle soit gradée 1 ou 10, peut voir sa valeur multipliée par 10.

Tsunami de Pikachus

Aux États-Unis, le «grading» est géré par Professional Sports Authenticator (PSA), Certified Guaranty Company (CGC), et Beckett Grading Services (BGS).

En France, c’est Professional Cards Authenticator (PCA) qui s’y colle depuis 2016. Deux ans plus tard, ces cartes certifiées étaient vendues pour la première fois à Drouot. Mais l’évolution de la demande en gradation est tellement forte que même les mastodontes américains n’arrivent plus à suivre, rapporte Vice le 30 avril.

Malgré des heures supplémentaires à foison, des embauches de dizaines d’employés et même de l’investissement dans des solutions d’intelligence artificielle pour l’expertise automatique des cartes de faible valeur, les délais d’attente s’allongent inexorablement: il faut désormais compter plusieurs mois, et parfois près d’un an, pour faire expertiser les cartes les plus rares.

Les bénéfices monstrueux de ces entreprises n’y suffisent pas: elles n’arrivent tout simplement pas à répondre à la demande. Et sans ces rouages essentiels, c’est toute l’économie des cartes Pokémon qui tangue.

Les vendeurs, réduits à envoyer leurs cartes par courrier sans avoir aucune idée du jour où elles leur reviendront, s’impatientent, s’énervent, demandent des comptes. Vingt-cinq ans après, tout le monde veut attraper des Pokémon –mais les enfants ont bien grandi, et les priorités aussi.

Korii

Thibault Prévost

La victoire de Chloé Zhao censurée par la Chine

Pendant que la victoire historique de Chloé Zhao, qui a remporté l’Oscar de la meilleure réalisation pour son film Nomadland, était relayée dans tous les médias d’Amérique, en Chine, son pays d’origine, il n’y avait aucune trace de sa réussite. Une réaction que les experts attribuent à la volonté de la Chine « d’effacer » la cinéaste, qui a osé critiquer le régime de Pékin il y a huit ans.

Dimanche soir, Chloé Zhao est devenue la première femme de couleur sacrée meilleure réalisatrice pour son long métrage Nomadland, qui a lui-même remporté l’Oscar du meilleur film. Un doublé célébré ici comme aux États-Unis au nom de la diversité, réclamée depuis des années au petit et au grand écran. Mais en Chine, son pays d’origine, sa victoire a été accueillie par un silence répressif.

Sur les réseaux sociaux chinois, les articles et messages concernant la cérémonie et Mme Zhao ont été rapidement étouffés. Un mot-clic intitulé « Chloé Zhao remporte le prix de la meilleure réalisation » a été censuré des plateformes numériques. Lorsque les utilisateurs inscrivaient le mot-clic, ils tombaient sur un message d’erreur indiquant que « conformément aux lois, règlements et politiques en vigueur, la page est introuvable ». Les deux médias d’État, CCTV et Xinhua, sont également restés muets sur sa victoire.

Pas un hasard

Pour la chercheuse Gabrielle Gendron, de l’Observatoire des conflits multidimensionnels de la chaire Raoul-Dandurand, ce n’est pas un hasard que cet évènement se produise à quelques mois du 100e anniversaire du Parti communiste chinois, le 1er juillet.

 

« En vue du centenaire, la Chine a mis en branle une série de défenses politiques pour renforcer la loyauté et l’unité [des citoyens] autour du Parti communiste », explique Mme Gendron. Par exemple, les autorités chinoises ont ordonné aux cinémas de diffuser au moins deux films de propagande par semaine d’ici la fin de l’année. De même, elles ont encouragé la population à dénoncer les « diffamations, attaques et distorsions malveillantes » à l’égard de la Chine.

D’un côté, Pékin est beaucoup plus rapide sur sa répression et sa censure, et de l’autre, Chloé Zhao représente une traîtrise aux yeux de la Chine.

La chercheuse Gabrielle Gendron

Elle fait référence à la controverse qu’a suscitée la réalisatrice, en mars dernier. Des remarques qu’elle avait faites au magazine américain Filmmaker en 2013, décrivant la Chine comme un pays « où il y a des mensonges partout », ont ressurgi en pleine campagne promotionnelle pour son film.

« Je suis partie soudainement en Angleterre et j’ai réappris mon histoire. Étudier les sciences politiques dans une université libérale était pour moi un moyen de comprendre ce qui est réel », avait-elle confié à l’époque à Filmmaker.

La date de sortie initiale de Nomadland en Chine était le 23 avril, mais le film n’est jamais sorti en salle.

« Elle aurait pu être l’enfant prodige de la Chine. Il n’a fallu qu’une seule critique pour qu’elle devienne un outil politique pour rallier le peuple chinois sous le gouvernement communiste », remarque Mme Gendron.

Effacée des réseaux sociaux

La réaction de Pékin ne surprend pas du tout l’ancien ambassadeur du Canada en Chine Guy Saint-Jacques. Elle s’inscrit dans une décennie de répression autoritaire, marquée par l’arrivée au pouvoir de Xi Jinping. « Avant 2013, les citoyens pouvaient encore émettre des opinions personnelles. Aujourd’hui, le gouvernement leur rendrait la vie intenable », affirme le diplomate.

Et c’est ce qui est arrivé à Chloé Zhao, selon lui. Non seulement elle est devenue un persona non grata aux yeux du gouvernement chinois, mais ce dernier l’a carrément effacée des réseaux sociaux.

Un billet annonçant la victoire de la réalisatrice publié par le magazine cinématographique Watch Movies, qui compte plus de 14 millions d’adeptes sur le réseau social Weibo, a été censuré quelques heures après sa parution, lundi matin. Douban, application populaire auprès des cinéphiles, a interdit les recherches associées à Nomadland, déclarant que « les résultats de la recherche ne pouvaient pas être affichés conformément aux lois et réglementations en vigueur ».

Le régime chinois est extrêmement autoritaire, mais il est aussi très efficace. Il peut littéralement effacer l’existence d’une personne.

Guy Saint-Jacques, ancien ambassadeur du Canada en Chine

Sur les réseaux sociaux, les utilisateurs ont fait preuve de créativité pour féliciter la cinéaste. Certains ont eu recours aux initiales « zt » (Zhao Ting, son nom complet en chinois) pour échapper aux censeurs.

Relation sino-américaine tendue

Lors de son discours d’acceptation sur la scène aménagée à l’Union Station de Los Angeles, Chloé Zhao a cité un vers d’un poème qu’elle avait mémorisé avec son père lorsqu’elle était enfant, et qui se traduit par : « Les gens, à la naissance, sont bons. »

Pour la journaliste établie à Londres et spécialiste de la Chine Amy Hawkins, la victoire de Mme Zhao témoigne qu’un dialogue entre les États-Unis et la Chine est encore possible. « Le gouvernement chinois et la récente administration Trump ont poussé la Chine et l’Occident dans des sphères politiques de plus en plus polarisées. Le succès de Chloé Zhao en Occident et son adoption par Hollywood minent l’affirmation du gouvernement chinois selon laquelle l’Amérique est fondamentalement hostile au peuple chinois », juge-t-elle.

À ce propos, le Global Times, un journal conservateur chinois, a rompu le silence médiatique lundi en exhortant Mme Zhao à jouer un « rôle de médiatrice » entre la Chine et les États-Unis et à « éviter d’être un point de friction ». « Nous espérons qu’elle pourra devenir de plus en plus mature », a écrit le journal dans un éditorial qui n’est plus accessible.

LÉA CARRIER
LA PRESSE

« Sans les mains ! » Elon Musk poste une vidéo d’un singe jouant à un jeu vidéo via un implant cérébral

TECHNOLOGIE « Bientôt nos singes seront sur Twitch et Discord haha », a tweeté l’entrepreneur milliardaire

La vidéo a déjà été vue plus de 300.000 fois. Le milliardaire américain Elon Musk a publié vendredi sur son compte Twitter la vidéo d’un singe jouant au jeu vidéo Pong sans autre manette que le pouvoir de son cerveau, grâce à une puce connectée implantée dans son crâne par la start-up Neuralink.

« Un singe joue à un jeu vidéo de façon télépathique grâce à une puce dans son cerveau », a ainsi tweeté l’entrepreneur futuriste, patron de Neuralink, mais aussi fondateur de Tesla et SpaceX. « Bientôt nos singes seront sur Twitch et Discord haha », a-t-il ajouté.

Dans la vidéo, on peut voir le macaque Pager contrôler de ses yeux les mouvements d’une raquette pour empêcher que la balle ne tombe dans le vide, comme on pourrait le faire avec un joystick, un écran tactile ou les flèches sur un clavier.

« Aider les personnes paralysées ou souffrant de maladies neurologiques »

Le but de l’opération est de dévoiler au grand public le potentiel de Neuralink. « Les premiers produits Neuralink permettront à une personne paralysée d’utiliser son smartphone par la pensée plus vite qu’une personne avec ses doigts », a fait valoir Elon Musk. Il espère que les puces de Neuralink serviront d’abord à aider les personnes paralysées ou souffrant de maladies neurologiques. Mais l’objectif à long terme est de rendre les implants si sûrs, fiables et simples qu’ils relèveraient de la chirurgie élective (de confort).

 En août dernier, la start-up avait présenté des cochons auxquels elle avait implanté le prototype de puce sans fil, de 23 mm de diamètre sur 8 mm d’épaisseur (comme une petite pièce de monnaie).

D’autres d’interfaces cerveau-machine sont en cours de développement. Facebook finance ainsi un projet pour traduire en mots l’activité du cerveau, via des algorithmes, afin de permettre aux personnes rendues muettes par des maladies neurodégénératives de parler à nouveau.

DMX est mort, le rappeur américain avait 50 ans

Le rappeur DMX avait été hospitalisé il y a quelques jours après une crise cardiaque.

CULTURE – Le rappeur américain DMX est mort ce vendredi 9 avril dans un hôpital de la banlieue new-yorkaise, où il était hospitalisé dans un état critique depuis une semaine. Il avait 50 ans. 

DMX, de son vrai nom Earl Simmons, l’une des grandes figures du hip-hop de la fin des années 90 et début des années 2000, avait été hospitalisé vendredi dernier après un infarctus à l’hôpital de White Plains, au nord de New York. Interrogé, son avocat Murray Richman a indiqué à l’AFP qu’il était mort vendredi vers 11 heures du matin, confirmant les informations de médias américains.

“Earl était un combattant qui s’est battu jusqu’au bout”, a indiqué sa famille dans un communiqué largement repris sur les réseaux sociaux juste après l’annonce de sa mort. “Il aimait sa famille de tout son coeur, et nous chérissons les moments passés avec lui (…) “Sa musique a inspiré d’innombrables fans à travers le monde.” 

“DMX était un artiste brillant et une inspiration pour des millions de gens à travers le monde”, a souligné de son côté Def Jam Recordings, maison de disque avec laquelle il avait sorti plusieurs de ses albums les plus connus, dans un communiqué séparé. 

“Son message de victoire par le combat, sa recherche de lumière pour sortir de l’obscurité, sa quête de vérité et de grâce nous a rapprochés de notre propre humanité. Il n’était rien de moins qu’un géant (…) Sa légende vivra à jamais”.

Sa famille devrait communiquer prochainement sur l’organisation de ses funérailles. Lundi 5 avril, plusieurs centaines de ses fans s’étaient retrouvés devant l’hôpital pour prier pour son rétablissement.

 Succès commercial et auprès de la critique

Auteur de huit albums, le dernier en 2015, DMX fait partie des figures les plus noires du hip-hop, exposant ses démons intérieurs dans des hymnes qui lui ont valu un succès aussi bien commercial qu’auprès de la critique.

Connu pour avoir eu des problèmes de drogue, il avait notamment fait une cure de désintoxication en 2019.

Il a eu, tout au long de sa carrière, souvent maille à partir avec la justice, avec des inculpations pour possession de stupéfiants, cruauté envers les animaux, conduite dangereuse, non-paiement de pension alimentaire, ou encore s’être fait passer pour un agent fédéral.

Son premier grand single, “Get At Me Dog”, avec Def Jam, est sorti en 1998, tiré de son premier album en studio, “It’s Dark and Hell Is Hot.”

L’album s’était hissé à la première place du classement de Billboard, avec un deuxième hit, “Ruff Ryders’ Anthem”, marquant le début d’un succès commercial qui durera plusieurs années.

By AFP huffingtonpost.fr

Bande-annonce Space Jam 2 : LeBron James, Bugs Bunny et les Toons jouent au basket

La première bande-annonce de “Space Jam – Nouvelle ère” est en ligne. Au programme : LeBron James, du basket, des Toons en images de synthèse, les dragons de Game of Thrones et un monde virtuel plein de références pop.

Même sport, nouvelle ère. Pour son retour sur les écrans, 24 ans après le premier film emmené par Michael Jordan, l’univers Space Jam passe au 2.0 en plongeant le “King” LeBron James dans un monde virtuel où il devra faire équipe avec Bugs Bunny et les Looney Tunes dans un match de basket contre la Goon Squad, pour sauver son fils enlevé par Don Cheadle, roi du “Serveur Monde”.

Entre film de basket, Ready Player One et Ralph 2.0, Space Jam – nouvelle ère convoque de nombreuses références pop, de Game of Thrones aux Pierrafeu en passant par le Géant de Fer ou Yogi Bear. Quant aux Toons, ils quittent l’animation 2D traditionnelle pour passer à l’image de synthèse. Le coup d’envoi sera donné le 14 juillet 2021.

by Yoann Sardet

Le vol du Starship SN11 de SpaceX s’est encore mal terminé

SpaceX n’a pas réussi à faire atterrir correctement son prototype Starship SN11. C’est la quatrième tentative non concluante de l’entreprise américaine.

Attendu initialement le 26 mars, puis le 29, c’est finalement le 30 mars que le nouvel essai d’un prototype du vaisseau spatial Starship a été organisé par SpaceX. Mais alors que le vol aurait pu tourner la page des précédents essais, qui se sont tous finis d’une façon ou d’une autre par une explosion, soit directement à l’atterrissage, soit quelques minutes après, les choses ne se sont pas passées comme prévu.

Les circonstances de la perte du prototype SN11 ne sont pas encore très claires. Il faut dire que les conditions météorologiques étaient franchement mauvaises, empêchant d’avoir une vue dégagée sur le lanceur — un brouillard s’était installé à Boca Chica, au Texas, pile le jour du tir expérimental. Et pour ne rien arranger, la diffusion en direct fournie par SpaceX a été tout aussi médiocre, avec des saccades et des interruptions.

UN POSSIBLE PROBLÈME SUR L’UN DES MOTEURS

C’est de toute évidence au cours de la seconde moitié du vol que le prototype SN11 a fait face à un imprévu : la fusée a pu décoller normalement de son pas de tir, atteindre l’altitude désirée, éteindre l’un après l’autre chacun des trois moteurs Raptor, et basculer sur le flanc pour procéder à son retour sur Terre. On a pu le constater dans les quelques moments où la vidéo arrivait à afficher une image.

Or, alors que Starship SN11 poursuivait sa phase de descente, avec les quatre ailerons sur les flancs ajustant l’aérodynamisme de la fusée, c’est manifestement au moment où devait survenir le redressement de la fusée en position verticale qu’il y a eu un problème. La vidéo ne montre rien, mais, à un kilomètre d’altitude, les moteurs se sont rallumés. C’est alors qu’un bruit inhabituel a pu être entendu.

La fusée s’est-elle désintégrée en vol ou si elle a explosé en touchant le sol ? À en croire Elon Musk, c’est le deuxième scénario qui s’est joué : « Au moins, le cratère est au bon endroit ! », a-t-il écrit sur Twitter. Une première piste partagée par l’entrepreneur suggère que c’est le moteur n°2 qui a rencontré des problèmes, et cela dès l’ascension de la fusée — ce qu’il était difficile de constater, faute d’un direct convenable.

« Il semble que le moteur 2 ait eu des problèmes lors de l’ascension et n’ait pas atteint le niveau de pression de fonctionnement de la chambre lors de la combustion à l’atterrissage, mais, en théorie, ce n’était pas nécessaire », poursuit le fondateur de SpaceX. « Quelque chose d’important s’est produit peu après le début de la combustion de l’atterrissage », ajoute-t-il, évoquant des débris éparpillés sur le site.

Dans la séquence ci-dessous, on entend plus clairement une énorme explosion au niveau du site d’essai, puis une pluie de débris qui tombe du ciel. Compte tenu de la direction des objets, l’hypothèse d’une explosion à distance, alors que la fusée était encore en l’air, a été avancée. En effet, les éclats ne proviennent a priori pas du pas de tir — c’est-à-dire d’en face, dans la vidéo intégrée au tweet.

La bonne nouvelle, manifestement, c’est que SpaceX semble maîtriser la majeure partie des manœuvres attendues du Starship, du moins celles exécutées dans le cadre de ses essais (des bonds qui ne vont pas au-delà de 10 ou 20 kilomètres d’altitude, pour tester les dernières étapes du retour sur Terre, avec un nombre limité de moteurs Raptor). Cela, y compris alors que le moteur 2 a rencontré un pépin.

Néanmoins, l’entreprise bute toujours sur la phase finale de ses allers-retours, lorsque la fusée doit décélérer suffisamment fort pour ne pas atterrir lourdement sur le pas de tir. Il s’agit-là de l’étape la plus périlleuse, car elle nécessite de rebasculer rapidement la fusée en position verticale, tout en visant la zone d’atterrissage. Mais au moins, SpaceX dispose des données de quatre essais identiques.

texte numerama.com by Julien Lausson

Existe-t-il une alternative au canal de Suez en passant par la Sibérie ?

Le canal de Suez est hors service depuis le 24 mars 2021. Cela pourrait encore durer plusieurs jours, le temps de remettre l’Ever Given dans le sens de la marche. Mais un passage des navires par la Sibérie serait également possible. Cette voie maritime du Nord représente une alternative crédible pour relier l’Asie à l’Europe.

Depuis mercredi 24 mars, le Canal de Suez est bloqué par un porte-conteneurs (l’Ever Given) de 400 mètres qui s’est mis en travers, bloquant la circulation dans les deux sens. L’Égypte fait son maximum pour débloquer cette route commerciale cruciale entre l’Europe et l’Asie. Mais dégager un tel mastodonte pourrait prendre plusieurs jours, voire des semaines…

Détour de 6 500 km

Plusieurs centaines de navires sont actuellement bloqués. Certains ont fait demi-tour et espèrent rejoindre l’Europe en contournant l’Afrique via le cap de Bonne-Espérance. Ce détour représente près 6 500 kilomètres et se fait entre cinq à neuf jours de mer selon la vitesse du navire.

Cela va entraîner un retard dans la chaîne logistique et les prix pourraient flamber dans certains domaines.

Une piste pourrait être exploitée à l’avenir. Il s’agit de la route maritime du Nord (RMN) qui permet de relier l’océan Atlantique à l’océan Pacifique en longeant la côte nord de la Russie. C’est le chemin le plus court pour relier l’Europe à l’Asie sans emprunter le canal de Suez, via le détroit de Béring. Un trajet qui se fait pour l’essentiel dans les mers arctiques. Le navigateur cosaque Simon Dejnev, a franchi pour la première fois le détroit de Béring en 1648. Seul hic, il n’est navigable qu’en été.

L’intérêt russe

Sauf que le réchauffement climatique est en train de changer la donne. Ainsi, la fonte de la banquise ouvre de nouvelles perspectives aux Russes. Jusqu’à présent, la banquise a toujours été le principal obstacle au développement de la région.

Une vingtaine de navires empruntent ce passage chaque année entre juillet et décembre. Les Russes souhaiteraient ouvrir cette route au commerce toute l’année d’ici à 2035.

Dans quatre ans, le ministère russe des Transports espère passer de 80 millions de tonnes le nombre de marchandises sur la RMN, contre 10,05 millions aujourd’hui. La route du Nord (Sevmorput en Russe) permet de raccourcir de quinze jours le trajet vers l’Asie. Elle présente un intérêt stratégique pour éviter le détroit de Gibraltar, au sud, et rejoindre le Pacifique en moins de trois semaines.

Aujourd’hui, seuls les brise-glace russes passent en période hivernale. « À l’heure actuelle, la Russie possède deux fois plus de brise-glace que tous les pays du monde réunis, soulignait le chercheur Mikaa Mered dans un article paru sur Slate.fr. Plus ces eaux se réchauffent, et plus les autres pays pourront s’immiscer dans la région. »

La Russie posséderait une quarantaine de ces navires, dont une dizaine à propulsion nucléaire. Des monstres de métal capables d’éventrer la banquise sur plus de 30 mètres de long et d’y créer un passage pour d’autres navires, comme des tankers, ou des méthaniers. Les trajets maritimes vers Rotterdam seraient alors considérablement réduits.

Des contraintes existent

Toutefois, cette route maritime du Nord présente quelques inconvénients. La première est que les autorités russes exigent à tous les navires de déclarer leur passage quarante-cinq jours à l’avance. La Russie considère la route maritime du Nord comme faisant partie de ses eaux territoriales, car elle est située à moins de 200 miles (370 kilomètres) de ses côtes.

La deuxième est le coût écologique que représenterait l’ouverture du trafic dans cette région. La navigation en Arctique pourrait accélérer le réchauffement de la Sibérie. Avec des conséquences inattendues, telles que la fonte du permafrost, cette terre gelée sur laquelle de nombreuses villes ont été construites pendant l’ère soviétique.

« Environ 20 % des infrastructures et 50 % des habitations de ces zones seront menacées d’ici à 2050 », prévient le géographe Dmitriy Streleskiy dans une publication américaine.

Entre commerce et protection de l’environnement, la Russie devra faire des arbitrages.

ouest-france.fr/Par Olivier DUPLESSIX