fbpx

BLEUS – KARIM BENZEMA, UNE HISTOIRE À RACCOMMODER ET UN DESTIN À ÉCRIRE EN ÉQUIPE DE FRANCE

EURO 2020 – L’histoire de Karim Benzema avec l’équipe de France est tourmentée. De ses débuts réussis à son éclipse de cinq ans et demi, le Madrilène n’a jamais pesé sur le destin des Bleus comme son talent l’y invitait. A 33 ans, une inattendue seconde chance lui est offerte. L’occasion de marquer enfin de son empreinte la sélection.

Tout avait bien commencé. A la pause de France – Autriche en ce 28 mars 2007, Karim Benzema remplace Djibril Cissé pour sa première sélection. Huit minutes plus tard, il inscrit le seul but du match sur une passe de Samir Nasri, un autre nouveau venu. Une mise en orbite réussie pour le nouvel astre de l’équipe de France qui incarne déjà la nouvelle génération. Celle qui doit succéder aux Bleus de Zinedine Zidane, vice-champions du monde quelques mois plus tôt. Mais rien ne sera rectiligne dans la trajectoire de Benzema en équipe de France. Quatorze ans sont passés et la marque du Madrilène en Bleu est dérisoire au regard de son talent et de son parcours en club.
 

Mbappé, Benzema, Griezmann ? « Plus belle promesse de l’Euro, plus grand danger pour les Bleus »

 
Vingtième joueur le plus sélectionné de l’histoire avec 81 capes malgré un trou de cinq saisons, Benzema a connu deux grands rendez-vous avec l’équipe de France. D’abord son but face à l’Ukraine lors des barrages à la Coupe du monde 2014 qui fut le moment le plus important de son histoire en sélection. Puis ce premier tour réussi (trois buts) au Brésil à l’issue duquel il fut élu meilleur joueur des phases de poule. Le reste navigue entre le bon, le moyen et le médiocre. Hormis le Mondial 2014, ses grands tournois internationaux virent au fiasco. En 2008, alors qu’il est la nouvelle sensation des Bleus, ses titularisations face à la Roumanie et l’Italie ne donnent rien.
 

Comment intégrer Benzema dans le onze des Bleus ?

IL A RAREMENT ÉTÉ LE SAUVEUR QUE LA FRANCE ATTENDAIT

En 2012, alors qu’il est encore celui qui doit sortir les Bleus du précipice post-Knysna, il rate sa compétition. Malgré deux passes décisives et une place de titulaire indiscutable, il n’inscrit aucun but. La compétition est tout à la fois un échec collectif et personnel. Mais Didier Deschamps, comme Laurent Blanc avant lui, ne cède pas face à la pression médiatique et populaire et maintient Benzema en pointe malgré une terrible disette personnelle de 1222 minutes sans marquer. Si Olivier Giroud commence à constituer une alternative crédible, Benzema reste un homme de base, un membre incontournable de la colonne vertébrale de la première partie de mandat de Didier Deschamps.
 
 

Son 8e de finale (Nigeria) et son quart de finale (Allemagne) ratés au Mondial 2014 n’y changeront rien. Deschamps lui confie même pour la première et seule fois de sa carrière le brassard de capitaine en mars 2015. La confiance du sélectionneur lui sera indéfectible jusqu’à sa dernière, et non plus ultime, sortie face à l’Arménie en octobre. L’affaire de la sextape et ses déclarations dans Marca braqueront Deschamps jusqu’à ce mardi.

BENZEMA N’A JAMAIS CONNU UNE ÉQUIPE DE FRANCE EN POSITION DE GAGNER

L’histoire reprend au moment même où elle semblait scellée et offre une deuxième chance, pour ne pas dire une deuxième vie, à Benzema en équipe de France. Tout a changé, le voilà entouré de champions du monde. Il n’a jamais connu une telle dynamique, un environnement aussi apaisé et une équipe de France capable de remporter un tournoi. Dans toute sa carrière en sélection, il a oscillé entre des Bleus en construction, en reconstruction ou en pleine dérive.
 
Alors qu’il n’est plus le sauveur ou celui qui doit faire changer son équipe de dimension, les attentes seront moins lourdes sur ses épaules que lors de son premier mandat même si son retour soulève une folle excitation. Il n’est plus le leader ni la figure centrale mais un membre, forcément important, d’un collectif qui a déjà prouvé, sans lui, qu’il pouvait régner sur le monde. Et c’est sans doute ce qui pouvait lui arriver de mieux.

L’EURO AVANT LE QATAR ?

A 33 ans, il peut désormais espérer disputer l’Euro mais aussi la Coupe du monde au Qatar. Comment l’histoire va-t-elle se terminer ? C’est tout l’enjeu de ce retour inattendu. Alors qu’à 20 ans son aventure s’annonçait rectiligne et son destin tout tracé en sélection, il lui faudra attendre ses 33 ans pour faire basculer son destin chez les Bleus. Son itinéraire est cabossé, tortueux, imprévisible et unique. On pensait en connaître le point final, il est désormais ouvert à tous les possibles.
 

Pourquoi Deschamps a-t-il autant tardé à rappeler Benzema ?

 

Covid-19 : ce pays va payer ses ressortissants pour qu’ils se fassent vacciner

Les Serbes qui sont déjà vaccinés ou qui le seront avant la fin du mois de mai recevront 25 euros.

C’est visiblement une première dans le monde. En Serbie, se faire vacciner contre le Covid-19 est récompensé. En effet, selon Le Figaro, le président de la République serbe, Aleksandar Vucic, a dévoilé que chaque personne vaccinée serait dotée de 25 euros, et que toutes celles qui le seront d’ici la fin du mois de mai le seront aussi. Son objectif à court terme : que trois millions de personnes aient reçu une dose d’ici la fin du mois.

Car la Serbie est un bon élève en matière de vaccination. Avec une population d’environ sept millions d’habitants, déjà 1,3 million de personnes ont reçu au moins une dose. Mais selon nos confrères, l’intérêt pour le sérum anti-Covid a baissé dans l’opinion. En termes de stratégie vaccinale, la Serbie s’est servie auprès de différents laboratoires qu’ils soient occidentaux, russes ou chinois. Le vaccin est une « preuve de responsabilité », a ajouté le président Vucic, qui est allé plus loin concernant les employés du secteur public : tous ceux qui contracteraient désormais le Covid-19 et qui n’auraient pas été vaccinés ne bénéficieront plus d’indemnités pendant leur arrêt maladie.

Donuts aux Etats-Unis, bières et pizzas en Israël

Si dans certains pays, des sociétés ont proposé des avantages à leurs salariés, jamais une récompense financière n’avait été mise en avant, avance un épidémiologiste serbe. Comme le rappelait le Huffington Post, le New Jersey (Etats-Unis) avait décidé d’offrir une bière à tous ses vaccinés, avec le soutien de plusieurs brasseries locales. En Virginie occidentale, les autorités avaient incité les jeunes à se faire vacciner en offrant des bons d’épargne de 80 euros environ.

Plus farfelue comme initiative, relevait le Huffington Post, celle de l’enseigne Krispy Kreme qui offre un donut gratuit pour toute personne vaccinée d’ici la fin de l’année. Enfin en Israël, les autorités proposent, bières, pizzas ou plats locaux pour chaque personne vaccinée. Reste à savoir comment la population réagira en Serbie, entre les plus pauvres qui devraient être attirés par l’opération, et les autres qui pourraient être davantage réfractaires.

Le marché des cartes Pokémon est devenu fou

Les ventes explosent, les prix flambent et les sociétés d’estimation n’arrivent plus à suivre

Si vous possédez de vieilles cartes Pokémon dans un tiroir, vous devriez peut-être y jeter un œil. Conséquence probable d’un confinement mondial qui a contraint des millions d’adultes à tuer le temps et essayer de gagner un peu d’argent par tous les moyens possibles, 2020 est déjà millésimée pour la licence la plus lucrative au monde, qui fête son quart de siècle cette année.

Inspiré par des YouTubeurs stars comme l’Américain Logan Paul, tout le monde se met à vendre ses vieilles cartes en espérant toucher le gros lot.

Mesurez plutôt: entre 2019 et 2020, constataient Les Echos en février, le volume de cartes Pokémon échangées sur eBay a augmenté de 574%. Et contrairement à ce que nous apprend le capitalisme sur la relation offre et demande, cette augmentation du volume est allée de pair avec une envolée stratosphérique des prix.

En janvier, un lot de 103 cartes daté de 1999 était évalué à 750.000 dollars; le mois suivant, c’est un Dracaufeu qui partait pour 418.000 euros sur eBay. Une dernière folie? À l’heure actuelle, eBay propose un assortiment de cartes de première édition contre la modique somme de… 6 millions de dollars (4,98 millions d’euros).

La folie autour du marché des cartes Pokémon, énième marché des objets de collection à être contaminé par la bitcoinisation du monde, n’est pas tout à fait neuve.

Mais comment en évaluer la valeur? Pour les vendeurs, deux solutions: se fier à l’argus des cartes sur eBay et évaluer la cote de chaque carte via son numéro de série et l’index de la maison d’enchères PWCC, qui fait office de référence, ou faire évaluer sa carte par une agence de notation.

Ces entreprises fournissent une «gradation» de chaque carte, de 1 à 10, en fonction d’une série de critères esthétiques précis, qui estime précisément son état d’usure et l’authentifie au passage.

Centrage, couleurs, état des coins, rayures, taches… le cahier des charges est maniaque. Une carte 1 est «very poor» tandis qu’une carte 10+ est «Collector» –le Graal du collectionneur. La même carte, qu’elle soit gradée 1 ou 10, peut voir sa valeur multipliée par 10.

Tsunami de Pikachus

Aux États-Unis, le «grading» est géré par Professional Sports Authenticator (PSA), Certified Guaranty Company (CGC), et Beckett Grading Services (BGS).

En France, c’est Professional Cards Authenticator (PCA) qui s’y colle depuis 2016. Deux ans plus tard, ces cartes certifiées étaient vendues pour la première fois à Drouot. Mais l’évolution de la demande en gradation est tellement forte que même les mastodontes américains n’arrivent plus à suivre, rapporte Vice le 30 avril.

Malgré des heures supplémentaires à foison, des embauches de dizaines d’employés et même de l’investissement dans des solutions d’intelligence artificielle pour l’expertise automatique des cartes de faible valeur, les délais d’attente s’allongent inexorablement: il faut désormais compter plusieurs mois, et parfois près d’un an, pour faire expertiser les cartes les plus rares.

Les bénéfices monstrueux de ces entreprises n’y suffisent pas: elles n’arrivent tout simplement pas à répondre à la demande. Et sans ces rouages essentiels, c’est toute l’économie des cartes Pokémon qui tangue.

Les vendeurs, réduits à envoyer leurs cartes par courrier sans avoir aucune idée du jour où elles leur reviendront, s’impatientent, s’énervent, demandent des comptes. Vingt-cinq ans après, tout le monde veut attraper des Pokémon –mais les enfants ont bien grandi, et les priorités aussi.

Korii

Thibault Prévost